Un peu d'histoire

Ses origines

L’origine de Villalier remonte au IXe siècle. C’était un château fort dont le nom est issu d’un domaine rural de l’époque romaine "la Villa Alliéro", cité dans un acte de 1011. Ce château, dominé par une jolie tour et entouré de fossés remplis d’eau, appartenait aux comtes de Carcassonne. Quelques maisons groupées à proximité, formaient le village. En 1380 il y avait 14 feux.
L’époque cathare se termine en Minervois, la terre et seigneurie de Villalier est donnée en 1217 par Simon de Montfort aux Evêques de Carcassonne. Le château devient leur résidence d’été jusqu’à la Révolution en 1790.
Au commencement du XVIIe siècle, l’Evêque Christophe de l’Estang fit construire un élégant château à l’ouest et attenant à l’ancien château fort. De grands embellissements furent apportés en 1680 par Monseigneur Grignan à cet ensemble réuni par un escalier monumental en pierre. Cette magnifique résidence comprenait : maison du concierge, maison du jardinier, moulin à eau à deux meules, écuries, remises, et un vaste parc clos consistant en : terrasses, parterres, jardins, allées de grands arbres, bosquets, labyrinthe, viviers, prairies, fruitiers, potagers, vignes, pigeonniers, rigoles et canaux, etc. Un pont aboutissant à un large perron, était jeté sur un canal principal bordé de balustrades en pierre. Une partie de cette balustrade se trouve au jardin de la préfecture à Carcassonne.
Le château construit par monseigneur de l’Estang, fut confisqué par la nation et vendu en 1790. Il fut démoli en 1797. les matériaux furent employés à la construction d’une auberge en face du Canal du Midi à Carcassonne.
L’ancien château fort, est assez bien conservé.


L'Evéché

Cette bâtisse est la propriété familiale du poète Joë Bousquet, né à Narbonne en 1897. Il s’y retira pour se consacrer à l’écriture après une grave blessure de guerre en 1918 qui le condamna à l’immobilité. De ses œuvres, on retiendra : Noir (1932), Traduit du Silence (1941), La Connaissance du Soir (1945), Le Meneur de Lune (1946).
Il décède en 1950 à Carcassonne et est inhumé au cimetière de Villalier.
En 1980 un film "Tisane de Sarments" est tourné sur place avec comme acteur principal Philippe Léotard dans le rôle de Joë Bousquet.
"La maison des Mémoires" rue de Verdun à Carcassonne a été dédiée à ce grand poète.

En savoir davantage ...

Armand Barbès

Notre village possède également le tombeau d’Armand Barbès (1809-1870) au domaine de Fourtou qui était la propriété de ses parents. On peut voir sur la face avant du tombeau un moulage en plâtre du médaillon de David d’Angers de 1849.
Auguste Armand Barbès est né à Pointre-à-Pitre (Guadeloupe) le 18 Mai 1809 d ’un père originaire de Capendu et d’une mère créole.
Républicain épris de liberté, révolutionnaire utopique, il devint le symbole de la république démocratique et sociale avec la naissance de la 2ème République qui confirme de grands principes tels que la liberté de la presse et de réunions, l’abolition de l’esclavage, la proclamation du suffrage universel.
Sa devise " Vivre Libre ou Mourir" et son effigie sont représentées sur la façade principale de la Mairie de Villalier.

En savoir davantage ...

La main de Minerve



Une borne géodésique dite « La Main de Minerve » et qui figure sous le nom de "Croix St-James" est située à l’intersection de la traversée du village et de la route de Malves.
Dans la tradition populaire cette figuration de Minerve marque la limite occidentale du minervois.

L'église



L'église a été agrandie de tout l'emplacement du choeur, orientée à l'est et construite à neuf. La nef est ancienne, des arceaux latéraux y ont été ouverts pour y ajouter des chapelles. Sur la muraille du fond de l'église, il y a une ancienne ouverture de tribune, aujourd'hui aveugle, d'où l'on pouvait entendre la messe depuis le château épiscopal attenant. Le clocher de 35 mètres de haut a été construit en 1852 sur la porte d'entrée de l'église.

En savoir davantage ...